Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Ma commune / Services communaux / Logement / Les questions à se poser avant la location
Actions sur le document
Les questions à se poser avant la location

Les questions à se poser avant la location

Tout logement doit toujours répondre à un minimum de critères en matière d’hygiène, de sécurité et de confort. Dès lors, avant de s’engager et de signer un bail, il est impératif de visiter le logement dans son entièreté.

Lors de cette visite, il convient de vérifier l’état du logement, les installations électriques, le chauffage. Il est important de notifier que le propriétaire n’a pas le droit de demander de l’argent pour réserver le logement.

Voici les différents points à vérifier lors de la visite :

  • L’entrée dans le bâtiment
  • La porte d’entrée est-elle en bon état ? Ferme-t-elle bien à clé ?
  • Y-a-t-il une boite aux lettres pour chaque locataire ?
  • La sonnette fonctionne-t-elle correctement ?
  • Les escaliers sont–ils praticables ? Les escaliers et les paliers doivent être munis de garde-corps stable et solide.
  • Les communs et la cage d’escalier sont-ils suffisamment éclairés, propres, dégagés et exempts de parasites ?
  • La cage d’escalier est-elle équipée de détecteurs de fumée ?
  • Les compteurs de gaz et d’électricité sont-ils en permanence accessibles ? Sont-ils individuels ?

L’état général du logement

  • La porte d’entrée de l’appartement est-elle en bon état ? Ferme-t-elle bien à clé ?
  • Les pièces de vie sont-elles équipées de détecteurs de fumée ?
  • Le logement est-il suffisamment éclairé par la lumière naturelle ?
  • Les fenêtres s’ouvrent-elles et se ferment-elles bien ? Les vitres et les châssis sont-ils en bon état ?
  • Y-a-t-il de l’humidité ? Il faut bien regarder les plafonds et les coins des pièces et vérifier qu’il n’y a pas de tâches ou de traces de moisissure. Si le papier peint se décolle, des problèmes d’humidité sont probables.
  • Quels sont les revêtements de sol ? Dans quel état sont les sols sous les moquettes ou les vinyles ?

Les sanitaires

  • Le logement doit disposer d’un WC privatif situé à l’intérieur du bien loué.
  • La salle de bain a-t-elle une fenêtre ? S’il n’y a pas de fenêtre, y-a-t-il un système de ventilation (grille ou extracteur d’air vers l’extérieur) ?
  • Le lavabo et l’évier ne sont-ils pas cassés ou fissurés ? Sont-ils raccordés aux tuyaux qui vont à l’égout ? Toute la tuyauterie depuis la bonde et le siphon (partie en forme de « S ») est-elle bien étanche afin que l’eau s’écoule sans problème ? Y-a-t-il des problèmes d’odeurs permanentes ?
  • Quels sont les moyens de production d’eau chaude ? Si l’eau chaude n’est pas produite par la chaudière, il peut s’agir d’un chauffe-eau au gaz. Dans ce cas, le chauffe-eau doit toujours être raccordé à une cheminée par une buse d’évacuation conforme afin d’éviter que les gaz brûlés ne se retrouvent dans la pièce. Cet appareil en cas de mauvaise combustion peut produire du monoxyde de carbone. Il est donc vivement conseillé que le chauffe-eau soit muni d’un dispositif de détection de CO pour un arrêt automatique en cas de danger. Sinon, il faut vérifier la couleur de la flamme. Si elle est rouge-orange cela signifie qu’il y a un manque d’oxygène dans la pièce et donc production de CO. Si la flamme est bleue, c’est que la combustion est bonne. Il est conseillé d’aérer régulièrement la pièce où se trouve ce type d’appareil.
  • En l’absence d’eau chaude, le logement doit disposer au moins de l’ensemble des équipements requis pour l’installation d’un chauffe-eau ou d’un boiler (l’arrivée d’eau, l’alimentation de gaz, une cheminée et/ou un raccordement électrique suffisant)

Le chauffage

  • Quel est le moyen de chauffage ou les possibilités pour se chauffer ?
  • Si c’est un chauffage central, est-il individuel ou commun à l’ensemble de l’immeuble ?
  • La cheminée a-t-elle été ramonée récemment ? Il est important de demander la preuve. Le ramonage de la cheminée est une obligation du locataire (mais après un an de location et ensuite chaque année).
  • Le chauffage électrique est pratique mais coûte très cher!
  • L’entretien de la chaudière doit être effectué maximum tous les 3 ans aux frais du locataire.

L’installation électrique

Chaque logement privatif doit disposer de son propre compteur. Le locataire doit pouvoir accéder en permanence à ce compteur ainsi qu’au tableau des fusibles et disjoncteurs.

L’installation électrique doit être conforme : il faut donc vérifier qu’il n’y ait aucun câble à nu ou prise détachée de son socle.

Chaque pièce doit être équipée d’au moins un point lumineux et d’une prise de courant. La présence d’une ampoule n’est pas obligatoire.

L’alimentation électrique doit être suffisamment puissante pour permettre l’installation d’un minimum d’appareils électroménagers et/ou pour cuisiner.

Le gaz

Si le logement dispose d’une installation de gaz pour le chauffage, la production d’eau chaude et/ou la cuisson d’aliments, celle-ci doit être conforme. Après toute mise en service, ou même le (dé)placement d’une chaudière, l’installation doit recevoir une attestation de réception par un organisme agréé ou par un technicien agréé.

La performance énergétique des bâtiments (PEB)

Depuis 2010, tout logement mis en location doit obligatoirement disposer d’un certificat PEB. Celui-ci a un but informatif. Il présente la performance énergétique du bien sur une échelle allant du A (très économe) au G (très énergivore). Cette performance énergétique est établie sur base des caractéristiques énergétiques du bien (superficies de déperditions, isolation, type de chaudière, système de ventilation, …)