Outils personnels

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Tourisme / Histoire et Patrimoine / Patrimoine quaregnonnais / La tour Saint Quentin et le monument aux morts
Actions sur le document

La tour Saint Quentin et le monument aux morts

P1030305

Classé depuis le 21août 1980, cet édifice de grés hennuyer sera rénové en 1986.

C’est au plus tard au début du XIème siècle qu’apparaît la première église Saint-Quentin édifiée en pierres.

De style roman, à nef unique, cette église sera aménagée entre les XI et XVème siècles par divers dispositifs destinés à l’agrandir : collatéral, entrée latérale, etc.

Cependant, durant le XVème siècle, l’édifice semble nécessiter de profondes modifications.

L’église est en grande partie reconstruite et son volume augmenté : ce sont désormais deux collatéraux qui flanquent une nef ouverte vers un chœur à pans coupés.

L’extrémité ouest du monument est marquée par une tour de clocher de plan carré.

Au milieu du XVIIIème siècle, Quaregnon se dote d’une nouvelle église : le complexe religieux médiéval est rasé, faisant place à un bâtiment à peine plus grand, cerné d’un vaste cimetière clôturé.

De l’édifice gothique antérieur n’est conservée que la tour de façade en moellons de grès, qui sera intégrée à la nouvelle construction de briques.

Mais à nouveau, le bâtiment élevé sur la Grand-Place nécessite de profondes restaurations.

Déstabilisés par les exploitations minières, menaçant de s’effondrer, le clocher, la nef sud et les voûtes sont démontés en 1909. En 1922, les restes de la nef sont démolis et les bases de la tour consolidées.

En 1929 un monument aux morts, œuvre de Georges Wasterlain est accolé à la face orientale de la tour. Il est composé de trois panneaux superposés (4m chacun) fixés par daguets dans trois piliers de béton armé eux-mêmes fixés dans une semelle de béton armé. Il sera déplacé en 2016 au cimetière de l'Espinette.

2008, la nouvelle place communale s’imprègnera  de la marque du passé en restituant, dans son pavage, le tracé de l’église du XVème siècle, contemporaine de la tour Saint-Quentin.