Le Folklore

La cavalcade

 

Selon les archives communales, la première cavalcade a eu lieu en février 1925, le dimanche de la mi-carême, à l’initiative  du comité des commerçants de la Grand-Place, le Comité des cercles réunis de la Place.

 

Malgré un budget modeste (1500frs), cette première expérience est un immense succès.

1926, le Bourgmestre Oscar Doublet est à la tête du « Comité des fêtes ».

La cavalcade est annexée au programme officiel des festivités communales.

Et grâce à la générosité de la population (vente de cartes de souscription), à un prêt de 6000frs consenti par la société coopérative « l’Union des Coopérateurs Borains », à la contribution des commerçants et à un subside substantiel de la commune, elle est également dotée de moyens plus confortables (25000frs).

 

A l’époque la concurrence est rude.

Les communes limitrophes organisent également leur cortège à  la mi-carême.

Aussi la date de la cavalcade quaregnonnaise est-elle fixée au dimanche de Pâques (le 4 avril 1926).

On fait imprimer des affiches et des agents communaux distribuent des « papillons » annonçant les festivités quaregnonnaises dans les communes traditionnellement carnavalesques (La Louvière, Binche…).

 

30 sociétés formèrent le cortège carnavalesque de 1926 parmi elles deux groupes de gilles comptant près de 200 membres, des fanfares et harmonies locales …

Le départ est annoncé par 5 coups de canon.

Le cortège s’ébranle et traverse les rues du Rivage(Pastur), Grand-route (Destrée), Bienfaisance (Dupuis), place de l’Hospice (Jenart) rue de Valenciennes, Mayeur Danau (Wauters et F. André), Fonderie, Pâturages, Castillons, Monsville, Village, Neuve (Egalité), Carlier, Grand-Route et Grand Place .

Les groupes terminent leur circuit par un immense rondeau suivi d’un lâcher de pigeons.

 

En 1927, des concours d’accordéons et de violes s’ajoutent au programme, remplacés en 1932 par des concerts ambulants dans les quartiers.

Un superbe feu d’artifice  clôture les réjouissances pascales.

 

Primes , prix, bannières…tout était bon pour attirer les meilleurs groupes folkloriques ou musicaux  et ainsi rehausser le prestige et la renommée du cortège.

Certaines années, l’ensemble des récompenses atteignait les 60.000frs, somme considérable pour l’époque.

Ces festivités populaires étaient également l’occasion pour nos aïeux de démontrer solidarité et générosité à l’égard des plus démunis.

Ainsi en 1929, une tombola est organisée  au profit du dispensaire antituberculeux  de Boussu, en 1930, le bénéfice sera versé aux veuves et orphelins des victimes du coup de grisou d’Elouges…1932, la crise frappe durement la région, aussi le Comité des Fêtes décide-t-il d’offrir les gains obtenus aux chômeurs.