Personnages célèbres Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

PERSONNALITES QUAREGNONNAISES   

Artistes Lyriques

 

Jules GODART : Quaregnon 1877- Le Vésinet (F) 1909

Chanteur lyrique, surnommé " Le Grand Blond ".

Repéré dans une chorale locale, il fut formé aux Conservatoires de Mons et de Bruxelles où il obtint un Premier Prix avec grande distinction. Ténor à la voix riche et puissante, il chanta à Rennes, au Mans, à Rouen, à Marseille, à Genève et à l'Opéra de Paris.
Il mourut tragiquement à l'âge de 32 ans (empoisonné par méprise), en pleine ascension vers la gloire alors qu'il venait de signer un contrat au Manhattan Opera House de New York. Une plaque commémorative est apposée sur la façade de l'Hôtel de ville de Quaregnon. 

 

Pharaon HOUX : Quaregnon 1884 - Décembre 1965

Baryton à l'opéra du Caire

Issu d'une famille ouvrière, il montre bien vite des dispositions pour le chant. Il excelle au solfège, puis au Conservatoire de Gand, où il décroche un Premier Prix avec Distinction et les Félicitations du jury. Ses véritables débuts sur scène ont lieu dans son village, à Quaregnon, à l'initiative de M. Erculisse, le directeur de l'école de Musique. Il tient au cours de cette soirée un rôle remarqué de basse dans " Le Messie ". Puis, les succès s'enchaînent, La Tosca, Hériodade, La Favorite, Rigoletto,…
Son talent et ses sentiments s'expriment cependant le mieux dans l'oratorio biblique, notamment La Passion selon Saint Jean et selon Saint Mathieu de J.S. Bach, chantés à Gand.
Il se produit à Marseille, où il rencontre un autre chanteur quaregnonnais de renom, Jules Godart, avec qui il se lie d'amitié. Puis, le public de l'Opéra du Caire, où il avait été invité, lui réserve un véritable triomphe, ce qui constituera le sommet de sa carrière. En Egypte, il est d'ailleurs payé… en or. De retour en Belgique, il se produit dans des concerts pendant de nombreuses années encore, notamment à " l'Eden " à Mons qui tenait lieu de Théâtre et où les foules enthousiastes accourent pour écouter celui qu'on surnomme " le chercheur d'or ". Il passe les dernières années de sa vie à Quaregnon, où il donne d'ailleurs sa dernière représentation, en 1952, au Salon de l'Harmonie, invité par la chorale des " Bardes du Hainaut ". Il s'éteint en 1965, à l'âge de 81 ans. 
 

 

Peintres – Graveurs - Sculpteurs

 

Modeste CARLIER : Wasmuël 1820 - Bruxelles 1878

Artiste Peintre, lauréat du Prix de Rome.

Né de parents pauvres, il n'a d'autre choix, à l'instar de la plupart des Borains à l'époque, que de travailler à la mine. C'est ainsi qu'à l'âge de 11 ans, il est embauché comme sclauneur au charbonnage de " Sans-Calotte ", là où son père travaille déjà. Cette expérience le marque profondément. Il ne tarde pas à étonner ses compagnons de travail dont il réalise au fond de la mine les rudes profils de houilleurs.
Le directeur du charbonnage mis par hasard en présence de quelques croquis de Carlier, croit déceler dans ces modestes dessins, la naissance d'un talent. Il le pousse à suivre les cours à l'Académie de peinture à Mons. Mais c'est finalement à Paris que Modeste Carlier débarque un beau jour de mai 1836 chez son oncle maternel. Ce dernier l'initie au métier de peintre sur équipages qui consiste à décorer les panneaux de luxueuses voitures, cabriolets, landaus et autres calèches. La routine lasse rapidement le jeune borain qui secrètement rêve de gloire et de reconnaissance. Il finit par persuader son oncle de le laisser fréquenter le soir les cours de l'école des Beaux-arts de Paris. Il vivra dans la grande ville des années difficiles dans la pauvreté et le dénuement mais il conservera malgré tout son indépendance grâce aux commandes des revendeurs de tableaux.
En 1850, à l'âge de 30 ans, Modeste Carlier revient en Belgique pour y décrocher, à Anvers, un Prix de Rome, après avoir réussi remarquablement le sujet imposé par ce prestigieux concours. Le retour du lauréat à Quaregnon est triomphal.
Après ce succès, Modeste Carlier s'embarque pour l'Italie où il résidera pendant cinq ans. D'autres œuvres naîtront " Locuste essayant les poisons sur un esclave ", " La Pologne ", " Les Anciens Belges "…
En 1855, les autorités communales désirant soutenir la carrière de l'artiste lui commandent une œuvre. Après bien des atermoiements, la toile " Sainte-Barbe apparaissant aux mineurs après un coup de grisou " est livrée à la commune de Quaregnon en décembre 1860.
1870 voit l'artiste abandonner la peinture historique pour celle de genre. Il entre à la Cour Impériale à Paris. Très apprécié par l' Empereur Napoléon III, il reçoit d'importantes commandes. Mais la guerre éclate, Modeste Carlier rentre à Bruxelles.
1878, le Gouvernement belge commande à l'artiste quatre tableaux pour le Palais des Académies. Le peintre en réalise les esquisses au crayon et fusain. Mais sa santé défaillante le contraint au repos. Au mois d'août de cette même année, Modeste Carlier s'éteint foudroyé par une apoplexie. Il sera inhumé au cimetière de la rue de l’Egalité à Quaregnon.

 

Victor DIEU : Quaregnon 31 mars 1873- Mons 8 décembre 1954

Peintre – graveur – pastelliste, 1er Prix de Rome.

Fils d'un marchand-tailleur établi sur la Grand place, Victor Dieu affiche dès son plus jeune âge des dispositions pour le dessin. En 1890, il entre à l'Académie des Beaux-arts de Mons pour y suivre les cours de gravure. Il y obtint un Prix d'excellence en dessin. Pendant son service militaire, il s'inscrit à l'Institut supérieur de dessin à Anvers et ensuite à Bruxelles. Perfectionniste, son opiniâtreté va le pousser à participer en 1901 au Prix de Rome. Il y décroche le premier prix à l'unanimité des membres du jury pour sa gravure en taille douce " Nu ". C'est avec le même bonheur qu'il abordera la peinture, le dessin, l'aquarelle et le pastel. Il occupe le poste de professeur à l'Académie des Beaux - Arts de Mons jusqu'en 1938. Victor Dieu grave de nombreux portraits ainsi que des paysages des Hauts-Pays et du Borinage dans lesquels il dépeint la condition sociale des mineurs dans un style réaliste. Il exposera à la salle Saint Georges de la ville de Mons en 1936 et 1939.

 

Georges BOULMANT : Hornu 20 janvier 1914 - Frameries 2004

Peintre - sculpteur

Hornutois d'origine mais Quaregnonnais d'adoption, Georges BOULMANT puise dans un premier temps son inspiration dans les paysages industriels et miniers de son enfance. Mais les lumineuses contrées espagnoles, les brumes bretonnes et le monde floral stimuleront également sa créativité picturale.
Il touche avec autant de bonheur à de nombreuses disciplines : peinture, céramique, vitrail, sculpture…
A 18 ans, il réalise la statue de pierre à l'entrée de l'école Saint-Ferdinand de Jemappes. Le 11 juin 1955, les autorités quaregnonnaises inaugurent en même temps que leur stade, la statue de Boulmant représentant un joueur de football. L'exposition universelle de 1958 va lui permettre de collaborer avec les grandes compagnies pétrolières belges pour la réalisation d'un pavillon illustrant le cycle du raffinage du pétrole.
Eclectique, il exécute, pêle-mêle, les vitraux du Gouvernement provincial évoquant les métiers et le folklore de chez nous, les céramiques ornant le hall d'entrée de la Cité universitaire à Mons, la sculpture de métal et les mosaïques des Ecoles techniques du Hainaut (ETH) à Saint-Ghislain…
Personnalité étonnante aux multiples talents, reconnu par les amateurs d'art de la région, du pays et hors frontières, Georges BOULMANT expose à Mons, Tournai, Bruxelles mais est également à l'honneur à New York, Bogota et au Caire. Ce boulimique d'art pictural et d'art en général poursuivra inlassablement son œuvre créatrice dans son atelier quaregnonnais. Il s’éteint à Frameries, le 10 octobre 2004, à l’âge de 90 ans.
 
 

 

Ecrivains –  Gens de lettre – Théâtre

 

Constant  MALVA (Alphonse Bourlard dit) : Quaregnon 1903 - Saint Josse Ten-Noode 1964

Mineur et écrivain prolétarien.



Son œuvre est fortement marquée par la mine et par ceux qu'il appelait les " héros du sous-sol ". Après l'Armistice, en 1919, il devint mineur comme son père au charbonnage du Rieu du Cœur. Ses convictions l'incitent à adhérer au Parti Communiste qu'il quittera en 1927 après une brouille, pour finalement se déclarer révolutionnaire indépendant en 1936. Après avoir écrit dans le Drapeau Rouge, ses véritables débuts littéraires ont lieu en 1931 lorsqu'il publie " Histoire de ma mère et de mon oncle Fernand ". Il sera occupé dans différents charbonnages de la région. Mais en 1940, dégoûté par les conditions de travail, il quitte la mine volontairement.
La littérature va le conduire à fréquenter le milieu surréaliste. Il entre en contact avec Achille Chavée, André Breton, Albert Aygueparse… Ses ouvrages sont autant de témoignages sur la condition ouvrière : " Un ouvrier qui s'ennuie " (1940), " Un de la mine " (1942), " Mon homme de coupe " (1943), " Un mineur vous parle " (1948), " Le Djambot " (1952), " Ma nuit au jour le jour " (1954).  

 

Robert DELCOURT : Quaregnon 19 janvier 1902 – Frameries 29 juillet 1967  

Écrivain d'expression wallonne, auteur dramatique. 

Issu d’un milieu modeste, son père Jean-Baptiste est bouveleur, Robert Delcourt est né à Quaregnon le 19 janvier 1902. Très tôt orphelin de père, il réalisera cependant son souhait en devenant technicien dans les bureaux de dessins des Ateliers de construction électrique de Charleroi (ACEC). Féru d’écriture, ses premiers poèmes datent de 1921, il deviendra collaborateur du journal Le Farceur dès 1922 et choisit le pseudonyme de Franc-Borègne. Passionné par l’histoire du Borinage et par les dialectes locaux, il écrit des poésies, des récits, des pièces de théâtre tantôt en français, tantôt en picard. Encouragé par ses lecteurs, il publie en octobre 1930 « Victor el’ coulonneux ». Suivront d’autres pièces de théâtre « Maison hantée » (1932), « El régiment d’passage » (1933), « Sylvègne et Tonia » (1935), « Torteyon à l’ONU » et « Gné d’chance » (1938), « Es’n’onque du midi » (1941), « El famye firgenle » (1948), « El mariage de Marinette » (1950). 1961, Robert Delcourt crée sa revue « Terre wallonne » avec Roland Delattre frère du fondateur du Farceur. Des années 30 à 60, sa principale source d’inspiration sera la vie quotidienne des borains et surtout des quaregnonais. Il écrira ainsi plus de soixante œuvres dont des recueils de contes, des poésies, des opérettes ainsi que de nombreux précis et articles.Il s’éteint à Frameries le 29 juillet 1967.

 

Henri TOURNELLE  (Jules-Henri LEFEBVRE dit ): 1893-1961 

Écrivain d'expression wallonne, auteur dramatique. 

Henri Tournelle est né à Quaregnon le 1er juillet 1893 dans le quartier de la Mariette. Après des études à l’Institut Saint Ferdinand de Jemappes, il entre à l’université de Gand et obtient le diplôme de « conducteur civil » (ingénieur des Ponts et Chaussées). En 1912, il crée à Wasmuël un cercle wallon, composant pour l’occasion une chanson devenue célèbre : « Au cabaret borègne ». 1913, il entre aux Ponts et Chaussées de Visé. La guerre survient, Henri rentre à Quaregnon. Il approfondit la mécanique et le dessin qu’il enseignera dans les écoles de Quaregnon et de Jemappes. Passionné d’écriture, Henri rédige poèmes et pièces de théâtre en patois borain et en français. Le 18 août 1918, il crée « Mariage de guerre » c’est un triomphe ! D’autres succès suivront. Citons pêle-mêle « L’arsouille » (une farce à la Molière), « Canada », « Pagne a part », « Prosperine »(comédie musicale), « Matante Kitika »…L’écrivain- metteur en scène sera également chef de section au service de la Voie à la Société des Chemins de fer Belges, et plus tard inspecteur technique. Il épouse Georgina Fayot le 10 novembre 1920. Un fils, Simon, naît de cette union l’année suivante. Le couple s’installe en 1923 à Jemappes à la rue du Progrès (future rue des Houillères, puis rue Lloyd George), siège des Editions Tournelle et du Cercle Tournelle. Ses nombreuses pièces de théâtre populaire ont pour points communs la vérité des caractères et une verve étourdissante qui, sans trivialité, restituent la saveur du terroir. Rédacteur en chef du journal « le Farceur » en 1957, il s’éteint à Jemappes en 1961.

 

Hommes politiques

 

Henri Roger : 1861 – 1917

Bourgmestre de Quaregnon

Il fut élu député pour le Parti ouvrier belge lors des élections législatives du 14 octobre 1894, suite à l'instauration du suffrage universel tempéré par le vote plural.Il fut aussi de 1896-1903 le premier bourgmestre socialiste de Quaregnon mais le Roi refusa de le nommer.

 

Ambroise, Modeste DERBAIX : Saint-Ghislain 1806 -  1881

Bourgmestre de Quaregnon

Né à Saint-Ghislain le 1er juillet 1806, il sera bourgmestre de Quaregnon du 20 août 1831 jusqu’ en 1843 et du 19 juillet 1858 à 1881. Sa famille quitte la commune mais y conserve des propriétés jusqu’en 1929. Modeste Derbaix meurt le 14 janvier 1881 et est inhumé dans le caveau familial au cimetière de l’Egalité. Sa tombe se trouve au centre de l’allée principale.

 

Charles DUPUIS: Quaregnon  1881 - Quaregnon 1957

Bourgmestre de Quaregnon

Né à Quaregnon le 15 avril 1881, il y exerce la profession de chirurgien succédant à son père Alphonse Dupuis. Il devient bourgmestre en 1912 et le reste jusqu'en 1921. Devenu propriétaire de la maison du directeur du charbonnage sise à l'angle de la rue Anseele et du chemin du Bon Dieu, il l'agrandit et l'aménage en maison de santé privée, la clinique Saint Alphonse  qui deviendra plus tard tout simplement la clinique Dupuis. Il épouse Gabrielle Watteyne. De leur union naîtront neuf enfants dont le célèbre architecte Jacques Dupuis. Durant la seconde guerre mondiale, il assure l'intérim du Bourgmestre Georges Plumat réfugié en France. Il sera le dernier Bourgmestre de Quaregnon issu du Parti catholique. Ne vivant que pour son métier, il se soumet à des principes rigoureux et une discipline de fer, travaillant parfois jusqu'à l'épuisement. Cet acharnement lui sera fatal. Il s'éteint le 25 février 1957 terrassé par une crise cardiaque. 

 

Georges PLUMAT : Quaregnon 1888 - 1957

Bourgmestre de Quaregnon et Secrétaire fédéral du P.O.B.

Confronté, dès son plus jeune âge, à des conditions d'existence difficiles, il se forge un caractère déterminé. Sur fond de luttes sociales, il crée avec quelques amis, une milice révolutionnaire, " les Centuries " qui deviendra " les Gardes Rouges ". Engagé volontaire pendant la guerre 1914-1918, il est blessé au front. Il est promu au grade de sergent après avoir accompli des actes de bravoure.
Animateur des Jeunes Gardes Socialistes, il devient Conseiller communal dès 1921.
Ses talents de meneur d'hommes et ses qualités d'orateur l'amèneront à devenir rapidement le bras droit d'Oscar Doublet, le bourgmestre de l'époque. Au décès de ce dernier, il devient bourgmestre faisant fonction, puis prête serment en qualité de bourgmestre en novembre 1934.
C'est durant son mayorat que de grands travaux sont entrepris dans la commune: la construction du stade, l'assainissement des ruisseaux, la construction d'écoles, la construction du nouvel Hôtel de ville…
En 1940, pour échapper aux Allemands, il se réfugie en France où il vit dans la clandestinité. Pendant la guerre, il apporte son soutien aux patriotes français et belges.
Ardent défenseur de la classe ouvrière et militant convaincu, il fonde " La Cravache ", organe de propagande locale.
Son engagement lui permettra d'accéder au poste de Secrétaire Fédéral du Parti Socialiste du Borinage.
 

 

Alfred BONJEAN : Quaregnon 19 novembre 1901 - Saint Ghislain 31 août 1992

Bourgmestre de Quaregnon, Député, Sénateur

Issu d'une famille d'ouvrier mineur, il entre dans la vie active dès l'âge de 12 ans à la verrerie de Saint-Ghislain. Manoeuvre au Rivage en 1914, il travaille au charbonnage dès 1916. Piocheur au chemin de fer, il est embauché à la Faïencerie de Wasmuël en 1921.

Son militantisme syndical particulièrement actif lui vaudra de perdre son emploi à la faïencerie en 1927. Dès 1928, il occupe le poste de permanent syndical de la Centrale du Bâtiment.

1930, il décroche son diplôme d'assistant social.

1934. Echevin de l'Instruction Publique, il sera le promoteur de constructions scolaires. Citons entre autres, l'école de la rue de l'Egalité et celle de la rue De Brouckère aujourd'hui encore fleurons de l'enseignement communal.

Durant la deuxième guerre mondiale, Alfred Bonjean travaille à Cérabel à Baudour mais recherché par les Allemands pour ses activités de résistants, il entre dans la clandestinité. Alfred Bonjean sera plusieurs fois décoré : Croix civique de 1ère classe, Chevalier de l'Ordre de la Couronne avec palme, attributions de la Croix de guerre 1940, médaille de la Résistance, médaille commémorative de la guerre 1940-1945 avec les sabres croisés, médaille de résistant civil, Chevalier et Officier de l'Ordre de Léopold.

En 1944, il succède à Emile Cornez devenu Gouverneur de la Province de Hainaut, en qualité de Secrétaire de la Fédération des Mutualités Socialistes dont il deviendra Président.

Député de 1951 à 1958, Sénateur jusqu'en 1965, il succède à Georges Plumat et devient Bourgmestre de Quaregnon du 19 avril 1957 au 31 décembre 1976.

Fondateur de la Maison des Jeunes qui porte aujourd'hui son nom, celui qui dans la mémoire quaregnonnaise restera à jamais "el maïeur", s'éteint à Saint-Ghislain le 31 août 1992.

 

Edgard HISMANS : Hornu 7 mars 1930 - Baudour 4 juin 1995

Bourgmestre, Sénateur, Ministre de la Région Wallonne

Professeur, Directeur d'école, militant syndical,chargé de mission au cabinet d'Abel Dubois en 1968, Edgard Hismans deviendra ensuite le fonctionnaire responsable du Fonds des Bâtiments scolaires pour le Hainaut. En 1971, il est élu Conseiller communal à Quaregnon et c'est en 1976 qu'il deviendra Echevin. Après la fusion des communes en janvier 1977, il est choisi comme Bourgmestre de Quaregnon et, en avril de la même année, est élu Sénateur.
De nombreux et indispensables travaux de voirie dans la commune et le départ d'opérations de rénovation urbaine d'envergure marquent son mayorat. Avant de devenir Ministre de l'Exécutif Régional Wallon en 1988, Edgard Hismans exercera encore les fonctions de Vice-président de l'IDEA et de Président de l'ISPH.

 

André COL : Wasmes 24 novembre 1934

Bourgmestre

Orphelin de mère à six mois, André Col sera élevé à Wasmuël par sa grand-mère maternelle et sa marraine.

Très bon musicien, il entre à 11 ans à la fanfare socialiste de Wasmuël. D'abord bugle, il s'essaie ensuite au saxophone et devient membre de la Fanfare de Quaregnon.

Les Faucons rouges resserreront encore les liens entre le jeune André et le monde socialiste.

Sur le plan sportif, André Col s'essaie d'abord au foot pour se tourner ensuite vers le basket. Il figurera parmi les premiers joueurs et les créateurs de la JS Wasmuël avant de jouer une saison à l'Union de Quaregnon.

Marié, il émigre un temps à Whiéries, puis à Baudour. Mais il revient définitivement à Quaregnon en 1963.

La passion de la politique locale et régionale habite André Col. Conseiller communal à Wasmuël de 1971 à 1976, ce gradué en comptabilité devient Echevin des Finances du "Grand Quaregnon" issu de la fusion des communes entre 1977 et 1982. C'est ensuite une longue liste de responsabilités scabinales et maïorales : Premier Echevin et Echevin de l'Instruction Publique de 1983 à 1988, Premier Echevin et Bourgmestre faisant fonction en remplacement du Ministre Hismans de 1988 à 1992. Il sera Bourgmestre de Quaregnon à part entière du 7 août 1995 au 9 janvier 2001.

Son parcours professionnel le mènera successivement aux Laminoirs de Jemappes, aux usines Carbochimique à Tertre et finalement à la Province, à l'institut de Chimie et aux Ecoles techniques d'Hornu. Agent provincial, M. Col sera également Secrétaire de l'Ecole de Promotion Sociale de Saint-Ghislain.

 

Auguste MOUZIN : Mettlach (Prusse) 1833 – Wasmuël  1899

Industriel et Bourgmestre de Wasmuël  

Né à Mettlach (en Prusse ) le 21 août 1833, Auguste Mouzin, directeur de la faïencerie du même nom, sera Bourgmestre de Wasmuël de 1889 à 1899. Il s’éteint à Wasmuël le 18 mars 1899.

 

Hubert, Evrard HANOTTE :     ?    - Wasmuël 1933 

Bourgmestre et  industriel 

Il sera Bourgmestre de Wasmuël de 1904 à 1921. Il s’éteint à Wasmuël le 27 janvier 1933.

 

Nicolas JENART : 1832 – Quaregnon  1916  

Né en 1785 et issu d’une famille de brasseurs, Nicolas Jenart fit don à la commune de Quaregnon d’un terrain appelé champ du Sahutiau pour y bâtir un hospice. C’est là que s’élève aujourd’hui le Home « Chez Nous » avec sa section gériatrie.

Il meurt à Quaregnon le 29 janvier 1871.


Architectes 

 

Jacques DUPUIS : Quaregnon 1914 – Mons 1984  

Architecte , prix Horta 1982

Diplômé de l’Institut des Arts Décoratifs de la Cambre à Bruxelles en 1938, Jacques Dupuis est né à Quaregnon dans une famille de médecins le 24 décembre 1914. Il est le sixième enfant de Charles Dupuis et Gabriele Watteyne. En 1938, le Bourgmestre Georges Plumat fait appel à son talent pour construire le stade communal Louis Piérard. Conçu la même année, le projet ne sera réalisé qu’en 1952. Suivront la réalisation de maisons unifamiliales en collaboration avec L. Baudouin et celles pour vieux conjoints avec l’assistance de S. Guillissen –Hoa. 1953, il reçoit le Prix Picard accordé chaque année par la Libre Académie de Belgique à un artiste, un écrivain ou un savant au talent exceptionnel et novateur. Architecte de renommée internationale, Jacques Dupuis s’éteint à Mons le 17 janvier 1984.

 

Enseignement 

 

CUISENAIRE Georges :   1891-1975 

Pédagogue 

CUISENAIRE est né à Quaregnon le 7 septembre 1891. Diplômé du conservatoire de Musique de Mons en 1907, il obtient un premier prix de violon.Août 1911, il décroche son diplôme d’instituteur à l’Ecole Normale de l’Etat à Mons et le 26 avril 1912 il exerce dans l’enseignement primaire à Thuin, école de la Ville-Haute. 1920, Georges CUISENAIRE est proclamé professeur de musique. En 1935, il présente à Thuin une exposition sur l’étude du milieu. A cette occasion, il publie plusieurs ouvrages dont ses « Leçons–promenades » qui remportent diverses distinctions. En 1945, il met au point une méthode qui va révolutionner l’apprentissage du calcul. Via l’utilisation de bandelettes de carton colorées qui deviendront des réglettes, l’enfant aborde plus facilement l’apprentissage du calcul et de l’arithmétique. Professeur, fondateur et directeur de l’école industrielle de Thuin, il publie la première édition de la brochure explicative « Les Nombres en Couleurs » en 1951. Le 11 janvier 1968, le Ministre de l’Education Nationale lui remet personnellement les insignes d’Officier de l’Ordre de Léopold. Au cours des années 70 vont se créer dans le monde de nombreuses associations Cuisenaire. En 1973, l’Unesco recommande l’utilisation du matériel Cuisenaire et suggère une réforme des programmes d’arithmétique basée sur cette méthode. Mondialement connu, Georges Cuisenaire s’éteint dans sa maison de Thuin au cours de l’année 1975.

 

Médecins

 

Ulysse HAQUIN : Gilly 1865 - Quaregnon 1933

Né à Gilly en 1865, Ulysse Haquin, médecin généraliste, s'installe à Quaregnon en 1889 dans le quartier de Monsville. Très rapidement sa compétence et son grand coeur gagnent la sympathie de nos concitoyens. Soucieux de la santé des plus démunis, il crée en avril 1925 la Consultation des nourissons à Quaregnon. Au cours de ses visites, il n'était pas rare qu'il soigne gracieusement , ici, le genou défaillant du grand-père, là les bronches malades de la grand-mère...Véritable bienfaiteur des plus modestes, la population le surnommera le médecin des pauvres. Il meurt en 1933.

 
Suivant >

BabelFish Translator

Agenda

Novembre 2017
L M M J V S D
30311 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3

Quaregnon en images


essai - P1050316


essai - grise biète


essai - maison cult (2)


essai - P1040014


essai - P1040020


essai - 22°3-3-08


essai - P1030313


essai - P1040027


essai - P1010719


essai - P1040022