Patrimoine quaregnonnais Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Patrimoine Monuments, vestiges et sites

L'hôtel de ville 

La première pierre est posée le 18 octobre 1937. L’inauguration de l’édifice aura lieu le 11 septembre 1938 en présence de M. Achille Delattre  Ministre du Travail et de la Prévoyance sociale et sera ouvert au public le 16 avril 1939. Le 09/12/1978, on y installe les oeuvres de Fernand Allard L'Olivier.

La tour Saint Quentin et le monument aux morts  

Classé depuis le 21août 1980, cet édifice de grés hennuyer sera rénové en 1986.

C’est au plus tard au début du XIème siècle qu’apparaît la première église Saint-Quentin édifiée en pierres.

De style roman, à nef unique, cette église sera aménagée entre les XI et XVème siècles par divers dispositifs destinés à l’agrandir : collatéral, entrée latérale, etc.

Cependant, durant le XVème siècle, l’édifice semble nécessiter de profondes modifications.

L’église est en grande partie reconstruite et son volume augmenté : ce sont désormais deux collatéraux qui flanquent une nef ouverte vers un chœur à pans coupés.

L’extrémité ouest du monument est marquée par une tour de clocher de plan carré.

Au milieu du XVIIIème siècle, Quaregnon se dote d’une nouvelle église : le complexe religieux médiéval est rasé, faisant place à un bâtiment à peine plus grand, cerné d’un vaste cimetière clôturé.

De l’édifice gothique antérieur n’est conservée que la tour de façade en moellons de grès, qui sera intégrée à la nouvelle construction de briques.

Mais à nouveau, le bâtiment élevé sur la Grand-Place nécessite de profondes restaurations.

Déstabilisés par les exploitations minières, menaçant de s’effondrer, le clocher, la nef sud et les voûtes sont démontés en 1909. En 1922, les restes de la nef sont démolis et les bases de la tour consolidées.

En 1929 un monument aux morts, œuvre de Georges Wasterlain est accolé à la face orientale de la tour. Il est composé de trois panneaux superposés (4m chacun) fixés par daguets dans trois piliers de béton armé eux-mêmes fixés dans une semelle de béton armé.

2008, la nouvelle place communale s’imprègnera  de la marque du passé en restituant, dans son pavage, le tracé de l’église du XVème siècle, contemporaine de la tour Saint-Quentin.

Le Château du Diable

Situé non loin des « Quatre-Pavés »,  il  n’en  subsiste aujourd’hui  que l’épaisse muraille, élément de fortification élevé en 956 à l'initiative des Comtes de Hainaut qui avaient voulu faire du site une sorte de résidence secondaire  servant de siège à leur cour de justice itinérante. Les lieux seront alors connus sous l’appellation « Cour des Chênes » ou « Haute Cour », dénomination encore utilisée de nos jours sur les plans cadastraux. Au XVe siècle, il revint à la suite de différentes péripéties dans les biens du chapitre de Sainte Waudru de Mons pendant près de trois siècles. La légende locale, appuyée par un texte du IXe siècle, veut que Sainte Waudru établit en ces lieux un monastère en liaison avec celui de Saint-Ghislain. Le château du Diable aurait été le lieu de réunions  amicales et  de conférences spirituelles  entre les deux saints. A la fin du XVIIIe siècle, le terrain fut vendu à un particulier comme tous les biens d’église confisqués lors de l’occupation française. Durant le XIXe et XXe siècles, cet ensemble sera morcelé, vendu et revendu de nombreuses fois.  Le classement des vestiges de la muraille eut lieu le 11/09/1981.

Le stade Louis PIERARD

C'est le dimanche 30 juin 1946 que la première pierre fut posée par SAR Le Prince Charles (Régent) à proximité de la cité Astrid. En présence des autorités communales dont le bourgmestre Georges Plumat ,du Premier ministre  et  des  ministres Devèze et Marteaux, des délégations de mineurs, des sociétés de gymnastique et d'autres groupements de la région défilèrent devant le Prince Régent. Il faut cependant attendre le 6 août 1951 pour le premier coup de pelle annonçant le début des travaux et le 12 juin 1955 pour assister à son inauguration. 

Kiosque, place de Wasmuël.

Construit en 1930 par le forgeron A. Wattiez et l’entrepreneur V. Pierard, il  accueillait régulièrement la Royale Fanfare Communale et d'autres sociétés pour des concerts fort appréciés de la population.  Non muni d’escalier fixe, il a été restauré en 1993 et est aujourd’hui le centre des festivités « du brûlage de Malbrough » à la ducasse de septembre.

Grotte Notre-Dame de Lourdes. 

Chargé du hameau de Monsville, au sud de la commune, le curé Charles MAHIEU (curé de 1901 à 1934) eut l'idée de doter ce quartier d'un lieu de culte et de le faire ériger en paroisse. Cette idée se concrétisa par la construction d'une église en bois puis d'une église "en dur". A proximité de cette église si caractéristique, avec ses deux clochers, le curé bâtisseur fit ensuite construire une réplique exacte de la grotte de Lourdes inaugurée le 16 août 1903 et  qui reçoit chaque année, le deuxième dimanche de septembre, la visite de nombreux pèlerins.

Plaque commémorative Jules Godart

Inaugurée le 27 juin 1910, elle est installée sur la façade de l'hôtel de ville le 30 août 1936.

Plaque commémorative Lieutenant Druart.

Le Lieutenant DRUART, est mort en Afrique en 1898 à BOMOKANDI (Congo). A l'occasion du 4ème anniversaire du Cercle africain borain, une plaque commémorative fut inaugurée le 21/9/1936.

Monument aux victimes de la mine, cimetière de l'Egalité.

Inauguration en avril 1951.

Hommage au résistant ANARD, rue Anseele.

"Passant, souviens-toi qu'ici, la nuit du 27 juillet 1944, Gilbert ANARD (alias Diogène) a couvert de son sang la voie de ta libération.(signé) Le quartier reconnaissant". Telle est le message dédié à la résistance locale. 

Peintures, sculptures …

Les toiles de Fernand ALLARD l'OLIVIER 

Fernand ALLARD, peintre de renom, est né à Tournai le 12 juillet 1883 et décédé à Yanonghé (Congo) en 1933.  Ses fresques magnifiques sont exposées dans le hall de l’Hôtel de ville ainsi que dans la salle Allard l’Olivier. Ces œuvres ont notamment pour thème: les luttes ouvrières, le travail et les loisirs de l'ouvrier, des groupes d'amoureux, des joueurs d'accordéon, des jeunes filles sous la tonnelle, l'air, l'eau, le feu, la terre… 

Le mineur, rue Destrée.  

Oeuvre de Francisco LIBONATTI, mineur italien qui fréquenta les cours de l’Académie des Beaux-Arts  de Mons, elle est  inaugurée en septembre 1958 en présence de M. Camille Huysmans, président de la Chambre, du ministre d’Etat Achille Delattre, des ministres Scheyven, Wigny et Servais, de M.  Cornez, gouverneur du Hainaut, de M. Janson, délégué du Haut Commisariat de l’O.N.U. , des consuls de France, d’Allemagne, d’Italie, de Grèce et d’Espagne ainsi que de nombreux parlementaires  et des mandataires communaux et provinciaux. 

Dédié aux mineurs de tous les pays, le monument est situé en bordure de la route de Mons à Valenciennes à proximité de la cité Astrid, au croisement de la rue Destrée et de l’avenue du Travail sur un terre-plein monumental rehaussé de bas-reliefs en pierre reproduisant des scènes du travail de la mine. Malgré ses 2,4 m de haut et ses 500 kilos, la statue ne résiste pas aux outrages du temps ni aux assauts des vandales. En 2002, Michel Ovart, un tailleur de pierre de Roisin est chargé de la restaurer. La pierre bleue est recollée, reconstituée puis poncée afin d’obtenir un résultat proche de l'oeuvre originale.

Le footballeur, rue Brenez.

Oeuvre de Georges BOULMANT, inaugurée en même temps que le stade, le 11 juin1955.

Docteur Haquin, Place Nicolas Jenart.

Oeuvre de Gustave JACOBS, inaugurée le 30 août 1936. 

 

 
< Précédent   Suivant >

BabelFish Translator

Agenda

Novembre 2017
L M M J V S D
30311 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3

Quaregnon en images


essai - P1030313


essai - P1010719


essai - P1040027


essai - DSC00140


essai - P1040022


essai - maison cult (2)


essai - P1040014


essai - P1000189


essai - P1040020


essai - grise biète